Tout déplier Tout replier

 

Edouard Manet : Adieu l’ami

 

"Malade depuis 1876, date à laquelle il a commencé de souffrir du pied gauche - douleurs lancinantes, douleurs mortelles -, Edouard Manet qui a consulté en vain plusieurs médecins, se persuade qu’il est atteint des mêmes rhumatismes que son père ..

Son rhumatisme est le symptôme d’une maladie bien plus redoutable et qui demeure alors incurable, la syphilis.

Contractée probablement dans sa jeunesses, d’après ses biographes, durant le bref séjour au Brésil qu’il a effectué lors de son stage de pilotin, elle a lentement évolué et se manifeste, d’abord, par ces douleurs dans le membre inférieur gauche.

Deux ans plus tard, victime d’un malaise, Manet s’effondre au sortir de l’ atelier.

Le docteur Siredey, diagnostique une ataxie - incoordination des mouvements, caractéristique de certaines maladies nerveuses - qui va rendre peu à peu la vie de Manet pareille à un martyre.

la syphilis attaque en effet le sang, les os, les nerfs et même le cerveau. Les désordres moteurs qu’elle provoque transforment le beau, le vif et sensuel Manet, en invalide.

Manet ne parle jamais, de ce qu’il endure. Il méprise ses souffrances et poursuit son travail de peintre.

Les années 80 sont celles de sa maladie.

Manet est perdu, il le sait.

A Pâques, l’année 1883, il s’alite pour ne plus se relever. La gangrène lui dévore la jambe. Malgré l’avis défavorable du docteur Gachet, qui soigne Pissarro et Renoir, et qui verra mourir Van Gogh en 1890, le docteur Siredey décide d’amputer Manet.

L’opération a lieu dans la cuisine de l’appartement de la rue de Saint -Pétersbourg.

Mais comme l’avait prévu le docteur Gachet, elle se révèle inutile et ne fait qu’accroître et prolonger les souffrances du malade.

L’agonie de Manet va durer plus de dix jours, cruels, insupportables.

Il meurt le 30 avril 1883, à l’âge de cinquante et un ans."

(Manet était né à Paris en 1832)

Il faudra attendre encore trente années, avant que son génie soit unanimement reconnu ....

Texte de :

Dominique Bona

Berthe Morizot

Le secret de la femme en noir

Grasset

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter