Tout déplier Tout replier

 

Il faut sauver la Reine !
Appel de fond pour sauver le Hameau de Marie-Antoinette

 

Cinq millions d’euros sont nécessaires pour restaurer la Maison de la reine et la laiterie.

"C’est émouvant de se dire que depuis que la reine n’est plus là, il ne sy est rien passé "

(j’ajouterai que c’est une vraie chance : tout aurait pù être détruit) Maryvonne Pinault gravit l’escalier en colimaçon avec prudence ; les fondations sont incertaines.

C’est une maison à pans de bois, au toit de chaume, simple, chargée d’histoire, posée à côté d’un étang , à quelques jets de pierre du Petit Trianon.

ma

L’ombre de Marie-Antoinette y flotte, avec cette légèreté dont on la rendit coupable.* La reine fit bâtir ce hameau durant l’hiver 1782. Elle aspirait à une vie paisible, proche de la nature, elle y vécut en fermière.

(Vie qu’elle menait à la Hofburg, pendant son enfance. La famille de Marie-Thérèse d’ Autriche** vivait - en dehors de la cour et de ses représentations) très simplement, de manière bourgeoise).

Elle révait de cette même enfance bucolique pour ses trois enfants.

Son éducation, toute princesse qu’elle était, laissait à désirer. Rien dans cette éducation ne la destinait à régner.

Quelques furent ses torts, sa mort reste un excemple de dignité. Souvenons nous seulement de cet appel lancé devant le tribunal révolutionnaire : " J’en appelle à toutes les mères !"

Jean-Jacques Aillagon a reçu à dîner une vingtaine de fidèles, épris de ce Versailles qu’il a fini par appeler " ma maison" (jusqu’en octobre 2011). Sous sa présidence, le château a retouvé son faste, accru le nombre de ses visiteurs, de ses mécènes, est redevenu aux yeux du monde enier, un lieu de fête, de culture, de spectacle.

Le combat continue : il faut sauver le joyau de la reine, la chaumière se lézarde, ses escaliers s’effondrent.

Parmi les invités : Lily Safra, miliardaire philanthrope, Nicolas Bazire, numéro deux de LVMH, Maryvonne Pinault, .. Jean-Jacques Aillagon, véritable "frêre mendiant", délimite les urgences ...

 .-.-.-.-.

**Marie-Thérèse, très éprise de son époux (François-Etienne de Lorraine) eut 16 enfants, Marie-Antoinette n’était que l’une d’entre eux. Rare pour l’époque, ce fût un mariage .. d’amour.

Mais c’est une autre histoire.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter