» Violences faites aux femmes, aux enfants, aux personnes âgées » Ciudad Juarez (Mexique) : 321 jeunes femmes assassinées de 1993 à 2003
 
Tout déplier Tout replier

 

Ciudad Juarez (Mexique) : 321 jeunes femmes assassinées de 1993 à 2003

 

jUAREZ

Gabriela se recueille sur les lieux où l’on a retrouvé sa soeur, à l’entrée de la ville, au milieu de huit autres corps.

.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.

Depuis dix ans, cette ville mexicaine à la frontière des Etats-Unis est devenue la capitale des meurtres en série et de l’impunité. Les enquêtes sont étouffées et les coupables courent toujours.

Novembre 2003,

"Au pied de l’immense statue du Christ du Cerro Negro s’étend un paysage lunaire. Mille rebuts sont dispersés dans les rocailles : vieux pneux, sacs en platique cloués par le vent sur les cactus, ferrailles enchevêtrées. C’est ici, à demi enfouis dans le sable gris, qu’ont été retrouvés les corps mutilés, torturés, violés de centaines de femmes assassinées à Ciudad Juarez.

Autour de la ville, parfois même en pleine ville, on a retrouvé des dépouilles de près de trois cents filles âgées la plupart du temps de 16 à 20 ans. La grande majorité d’entre elles était brunes, fines, jolies. Presque toutes ouvrières dans las maquiladoras ( manifactures d’assemblage électronique ou textile implantées à Ciudad Juarez, généralement d’origine arméricaine)

Quelques-unes étaient étudiantes, d’autres serveuses ou femmes de ménage.

Presque toutes ont été enlevées en plein jour, parfois même en plein centre-ville. Toutes ou presque, ont été violées, étranglées, défigurées."

Esther Chavez Cano, directrice de la Casa Amiga, une association dont la vocation première était de s’occuper des femmes violées ou battues (des dizaines chaque mois) se consacre à

"ce crime contre la féminité" :

Ici, dans cet Etat mexicain grand comme la moitié de la France, les femmes sont considérées et traitées comme des êtres inférieurs, comme des objets, comme des Kleenex.

Pour ces meurtres abjects, on n’a d’ailleurs jamais retrouvé aucun coupable, sinon quelques pauvres types qui n’ont même pas été jugés depuis des années, comme pour servir d’alibi. Car cette fois, le machisme vient de haut. De très haut."

Le FBI a lui aussi voulu enquêter à Ciudad Juarez.

Puis Amnesty International a sorti un rapport accablant.

Des membres de l’ ONU, des élus du Congrès américain sont venu s’informer plus amplement sur ces monstrueux meurtres en série. De nombreuss associations, composées le plus souvent de familles de victimes, se sont constituées ...

Sans oublier les milliers de disparitions de femmes et de jeunes filles.

Une enfant de 6 ans, Berenice Delgado a été enlevée. Sa mère l’avait envoyée faire une course à deux pas de leur maison. Morte, battue, violée, poignardée, c’est ainsi qu’on l’a retrouvée vingt jours plus tard en pleine ville.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter