Tout déplier Tout replier

 

Takashi Murakami

 

manga

"Mon Versailles, version manga"

Coqueluche des collectionneurs, l’artiste japonais succédera à Jeff Koons et à Xavier Veilhan du

14 septembre au 12 décembre 2010.

murakami

Article de Valérie Duponchelle

"Assis au soleil sur les marches du parvis royal, face au Grand Canal, Takashi Murakami est inhabituellement détendu et accessible.

En septembre, ses sculptures investiront pour trois mois le château de Versailles.

A la tête d’un petit empire entre Tokyo et Long Island, il assume, à 47 ans , la valeur marchande de son art.

Concentré, perfectionniste, exigeant, il dirige dans un bourdonnement de ruche ses équipes d’assitants, de peintres, d’artisans et de petites mains.

Rencontre avec un homme pressé, entre jet lag, discours officiels au château et dîners privés.

Quelle importance à Versailles pour vous ?

Je suis très honoré de pouvoir exposer au Château de Versailles. Surtout lorsque je réalise son contexte historique. La France a mis toute son énergie pour avoir le plus beau château et les plus beaux intérieurs du monde. Pour les Japonais, Versailles est un lieu particulièrement médiatisé..

La Rose de Versailles est un manga de filles dont l’héroIne est s’appelle Lady Oscar. Il est passé longtemps à la télévision japonaise, un vrai phénomène culturel. Tout le monde au Japon connaît Versailles à travers ce manga."

Votre souvenir de touriste ?

"Justement, la superposition de ce que j’avais imaginé en lisant ce manga et la réalité. J’ai été pimpressionné par la grandeur démesurée de Versailles, mais aussi par son histoire faite d’audace et de bravoure, par le fait que le peuple s’est opposé à cette toute-puissance royale et qu’il a gagné. C’est quelque chose d’inimaginable dans la culture japonaise.

J’ai un peu peur de la réaction du public devant la confrontation de mes oeuvres à ce contexte historique, codé et connu à l’extrême. Je ne sais pas si elle sera bonne ou mauvaise. Chaque salle royale a une histoire. Mais chacune de mes oeuvres aussi, a une histoire. Je pense que je ne serais pas aussi critiqué que Jeff Koons et son Balloon Dog, le choc visuel qui a fait le tour du monde. Après lui et Xavier Veilhan, je ne suis pas si nouveau que ça pour le public !

Ceux qui viennent à Versailles rèvent de s’immicer dans un univers total fantastique. J’aimerais participer à ce rêve, le pousser à l’extrême.

Jeff Koons s’était directement inspiré du portrait du roi, de la hiérarchie de la société d’ Ancien Régime. De ce fait, cela collait extrêmement bien. Mes sources puisent dans le manga, d’autres concepts personnels que j’ai développés dans mon travail depuis des années. Les symboles de la cour y sont, mais les correspondances pourront paraître décalées, superficielles. Il n’y aura pas un rapport direct avec le roi et son monde comme chez Jeff Koons.

Je vais exposer plus d ’oeuvres, mais je ne vais pas occuper tous les appartement royaux."

A suivre .. mais surtout à aller voir à partir du 12 septembre 2010.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter