Tout déplier Tout replier

 

Laurent Salomé ... suite

 

* Octobre 2017

Suite de l’interview accordée au Figaro, par Laurent Salomé

*

Comment réguler les 5,4 millions de visiteurs annuels ?

*

’La demande est colossale.

Tous les matins, de nouvelles garnisons de gens venus du bout du monde arrivent au château.

Versailles est au bord de la surfréquentation*. C’est tabou,mais je pense qu’on a le droit d’être un peu autoritaire avec les visiteurs. Certaines zones le nécessitent : le cabinet de la Méridienne, par exemple, coeur de l’intimité au château de Marie-Antoinette, n’est pas fait pour être vu par plus de cinq personnes à la fois. Certes, on doit respecter le souhait d’un touriste venu du bout du monde de voir la mythique galerie des Glaces. Mais que dire de la chambre du Roi, avec son tissu moderne ?

Ne vaut-il par mieux inciter les gens à visiter le jardin, le Trianon, la maison de la Reine que nous remeublons, le grand appartement de la Reine, ceux des filles de Louis XV somptueusement remeublés ou la Petite Ecurie où nous réunissons la gypsothèque du Louvre et les sculptures du jardin ?

C’est un lieu qui se qui se voit en petits groupes, une des expériences les plus fabuleuses de Versailles. Une visite doit proposer quelque chose de vrai, une émotion forte devant des oeuvres.

Pas un moment où les gens cochent les cases de choses vues.

Je refuse que les gens qui viennent visiter Versailles en deuxheures imposent leur loi. Un individu normalement constitué ne peut pas voir Versailles en un jour, ni en deux ou trois."

*

On s’en doute ...

que Versailles soit au bord de la surfréquentation. Il n’est pas au bord.. il est dedans.

qu’il faille plusieurs jours pour visiter le château, ses dépendances et le parc.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter