Tout déplier Tout replier

 

Un grand musée Camille Claudel en 2014 ?
Oui, parcequ’elle le vaut bien

 

La famille Claudel vécut à Nogent-sur-Seine de 1876 à 1879.

C’est de cette maison, aujourd’hui à l’abandon (quel dommage !) que partira le futur musée

Camille Claudel

2.300 m d’exposition, une salle de conférences, un auditorium ..

Le projet est ambitieux et vise à transformer tout un quartier de la ville en intégrant un bâtiment contemporain aux bâtiments anciens.

Ouverture prévue en 2014

Musée Dubois-Boucher, rue du Gué de la loge

Nogent-sur-Seine

Ouf il était temps !

Son immense talent égale celui d’ Auguste Rodin dont elle fut à la fois, la muse, l’amante, la cheville ouvrière puis .. la victime.

Beaucoup à dire sur sa vie, sur l’attitude de sa mère et de son frère Paul sur son époque, etc ..

Lu dans la presse :

"..... quant à son chef-d’oeuvre , l’âge mûr (1913), l’ Etat commandera bien le bronze après avoir vu son plâtre. Puis annulera. On suppose que Rodin, jugeant sa vie privée exposée, est intervenu.

Il coupera définitivement les liens avec la jeune femme.

Camille s’enfermera alors dans une solitude maladive, détruira bon nombre de ses oeuvres et sombrera peu à peu dans la folie.

Le 10 mars 1913, soit sept jours exactement après la mort de son père, sa famille la fera interner.

Camille est à l’isolement le plus complet, les lettres lui sont interdites, elle ne sculptera plus jamais.

Dans la presse, une campagne réclamant sa libération fera grand bruit,

puis la guerre éclatera et Camille tombera dans l’oubli.

Elle mourra à l’asile en 1943.

Son frère, Paul Claudel, grand voyageur s’il en est, ne viendra la visiter que douze fois en trente ans"

Article de Sarah Lemelle.

J’ajouterai que dans les familles bourgeoises du XIXè siècle, il n’y avait pas de place pour deux génies.

Le garçon a été choisi. Paul Claudel fut -entre autres - ambassadeur de France au Japon où il vivra une "passionnante" histoire d’amour. Un livre a été tiré de cet épisode.

Quant à Camille, elle n’a jamais pu garder les enfants dont elle a été enceinte (Rodin ne voulait pas de scandale). Elle en a beaucoup souffert Il n’y a qu’à regarder son chef-d’oeuvre, "La petite chatelaine" pour le comprendre.

Enfin, c’est de faim qu’elle mourra : l’ Asile en 1943, n’avait pas de quoi nourrir ses pensionnaires.

C.D.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter