» Patrimoine et Architectes - Eolien - Second semestre 2017 » Vaux-le-Vicomte, le prix à payer
 
Tout déplier Tout replier

 

Vaux-le-Vicomte, le prix à payer

 

Créer une fondation ou continuer à développer les ressources commerciales ?

Les propriétaires de ce joyau de l’architecture française s’interrogent

Une fois passée la billeterie, où le visiteur s’est déjà délesté de 12,50 Euros et avant ma grande boutique, passage obligé avant la sortie, une petite baraque en bois invite qui veut, moyennant 5 Euros, à signer son nom sur l’une des ardoises qui sera posée sur la nouvelle toiture du château, en cours de restauration.

Même Eva Longoria et son époux Tony Parker l’ont fait : nul n’ignore, en effet, que le couple s’est marié en juillet 2007 dans le cadre prestigieux du château offrant une publicité inespérée à ses propriétaires.

Ce genre de prestation - la vente d’ardoises - sert-elle vraiment la réputation des lieux ?

Jean-Charles de Vogüé, directeur marketing et commercial du site depuis 2001, son instigateur, l’assume sans rougir :

"cela ne rapporte quasiment rien, car il faut une personne pour s’en occuper, mais les visiteurs apprécient".

Cela est bien le problème d’un château comme celui de Vaux-le-Vicomte, propriété de la famille Vogüé depuis 1875.

Il faut attirer toujours plus de public pour maintenir à flot ce gigantesque monument historique entièrement classé, où les chiffres s’affolent :

2 hectares de toiture,

100 pièces, dont 35 ouvertes au public,

300 hectares de jardins à la française,

500 hectares de parc classé...

Ouvert au public 8 mois par an depuis 1968, le château attire annuellement en moyenne 250.000 visiteurs et génère 5.000.000 d’euros de recettes grâce à la billetterie, aux restaurants, à la boutique, aux tournages de films, séminaires et autres événements.

"C’est aux visiteurs que nous devons quasiment toutes les restaurations" reconnaît Jean-Charles de Vogüé. A cause des travaux, les propriétaires acusent pourtant un déficit de 400.000 euros par an.

La faute notamment à une brouille entre Patrice de Vogüé, son père et Jacques Moulin, l’architecte en chef des mouments historique (ACMH), suite à laquelle l’ Etat a suspendu toute subvention pendant 12 ans.

En 2005, alors que la date centenaire fatidique de réfection de la toiture approchait, les Vogüé sont donc allés voir le ministre de la Culture de l’époque, Renaud Donnedieu de Vabres.

Ils ont obtenu un réengagement de l’ Etat à hauteur de 40% pour un chantier chiffré à 3,5 millions d’euros piloté par un nouvel ACMH.

Le Conseil général de Seine et Marne (PS) a accepté de mettre une rallonge de 10%, laissant à la famille une note de 400.000 euros par an.

Celle-ci s’ajoute aux travaux courants, mais aussi aux mises aux normes obligatoires (électricité, eaux usées, sécurité ..)

Augmenter les ressources

Comment font donc les Vogüé pour assumer cette charge ?

Patrice de Vogüé, qui a reçu le domaine d’ Alfred Sommier en cadeau de mariage - il dut alors vendre trois fermes pour payer les droits de succession - puise dans la fortune reçue en legs et placée dans plusieurs sociétés immobilières.

Tous les ans, il vend pourtant tout ce qu’il reste de la collection de son aïeul, " à l’exception des oeuvres du XVII è siècle" précise son fils.

Les photographies anciennes témoignent, en effet, du démeublement - de plus en plus prégnant - des salles du château, que la famille a quitté en 1971 pour s’installer dans les communs.

"Nous décapitalisons tous les ans", confirme Jean-Charles de Vogüe.

"C’est le prix à payer pour continuer à jouir de Vaux. Mais il faut que nous trouvions une solution rapidement pour augmenter nos ressources, car nous ne tiendrons pas 10 ans de plus".

L’espoir né de la nouvelle loi sur le mécénat, en 2003, est pourtant vite retombé : elle interdit à tout propriétaire privé bénéficiant d’un chiffre d’affaires commercial supérieur à 60.000 euros (hors billetterie) de bénéficier de dons en numéraire.

"Pour moi c’est une énorme injustice, poursuit Jean-Charles de Vogüé, car quand le château de Fontainebleau perçoit un million d’euros d’un émir, il me fait une concurrence déloyale".

Sa dernière fierté est d’avoir reconstitué la grande fête de Nicolas Fouquet, le bâtisseur des lieux, le 17 août 1661. Mais ces prestations ne suffiront pas à assurer la pérennité financière.

D’où le projet de louer une partie des communs, après en avoir déménagé le Musée des équipages, pour accueillir des bureaux, voir même une maison de retraite. Une chaîne hôtelière est également prête à financer les travaux pour occuper l’un des sites les plus prestigieux d’ Ile de France.

Mais pour combien de temps si la loi mécénat n’évolue pas ?

Sophie Flouquet

Journal des Arts

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter