» CUBA - Amérique du Sud - Le café - YEMEN - MEXIQUE » Le Mexique sombre dans une folie meurtrière - 2017
 
Tout déplier Tout replier

 

Le Mexique sombre dans une folie meurtrière - 2017

 

*

Le pays a recensé 25.400 meurtres en 2017

*

Les statistiques de 2017 sont les pires jamais enregistrées depuis les premiers rapports parus en 1997.

En cinq ans, l’administration du président Enrique Pena Nieto (Parti révolutionnaire institutionnel, PRI) a enregistré quelque

96.500 morts

par homicide.

Le Mexique compte 32 Etats.

La violence n’est pas seulement en hausse, elle s’est aussi répandue.

"Aujourd’hui, il n’y a quasiment plus d’ Etats pacifiques", estime Alejandro Aurrecoechea, consultant en sécurité à Integralia.

A l’origine : la lutte des cartels de la drogue entre eux.

* Cartel historique de Sinaloa , leader : Joaquim "El Chapo" Guzman

et la montée en puissance du

* Cartel Jalisco : nouvelle génération

Depuis douze ans, la méthode reste inchangée : les forces de l’ordre ciblent les chefs de file du crime organisé pour affaiblir leurs opérations, créant par ainsi un vide que d’autres groupes, plus féroces ou mieux armés, tentent de combler.

Cette administration est arrivée avec l’idée de tourner la page de l’administration Calderon, de la guerre contre le narcotrafic et de la violence, en favorisant les réformes structurelles" dans les secteurs de l’énergie ou des télécommunications, explique Alejandro Aurrecoechea.

"Le thème de la violence n’a pas été une priorité, et nous sommes en train d’en voir les conséquences".

De fortes inégalités ont engendré une "décomposition sociale forte, un Etat en déliquescence".

Le système éducatif reste très décevant, malgré une réforme ambitieuse amorcée en début de mandat.

Dans le dernier classement Pisa, évaluant le niveau des élèves de 15 ans, dans l’ OCDE, le pays arrive à la 58 ème place sur 72.

Les salaires sont un autre obstacle. Avant une carrière assurait une voiture, un appartement, mais face à un salaire minimal de 4 euros par jour, près de 200.000 Mexicains vont tenter leur chance aux Etats-unis chaque année.

Pour ceaux qui restent, le narcotrafic, le vol de combustible et l’offre de protection privée, sont une alternative attrayante.

Ils préfèrent vivre moins d’années, mais mieux", lâche, amer, l’économiste.

Voir article de Diane Jeantet correspondante du Figaro à (Mexico)

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter