» CUBA - Amérique du Sud - Le café - YEMEN - MEXIQUE » Le Mexique vu par ses jeunes artistes
 
Tout déplier Tout replier

 

Le Mexique vu par ses jeunes artistes

 

*

Papalotes negros

*

Papalotes negros, 2011

*

Article d’ Emmanuelle Lequeux

On sait le Mexique fasciné par la mort : c’est même un cliché. Mais cette exposition du MAMVP lui a donné une actualité particulière.

Une vingtaine de plasticiens trentenaires ont dressé un portrait plutôt tragique de leur pays en plein bouleversement.

Et ils ne nous ont pas épargné leur dure réalité quotidienne : tous les cancers dont souffre leur pays reviennent en leitmotiv dans leurs oeuvres

- corruption

- enlèvements

- soumission au libéralisme global imposé par les Etats-Unis et

- narcotraficants à tous les étages.

On est loin des illusions portées par la première génération à s’ internationaliser, dans l’élan positiviste d’un Gabriel Orozco.

- que Minerva Cuevas explore le frontière du Rio Grande

- que Bayrol Jiménez dessine tous ces maux en une vaste allégorie surréaliste,

- que Jorge Mendez Blake fasse du Château de Franz Kafka la pierre fondatrice de son inutile mur de briques, la désillusion est permanente.

*

Elle est particulièrement frappante dans deux films qui emportent littéralement l’exposition.

- Le premier, stupéfiant, est signé de l’ italien vivant à Mexico, Gianfranco Rosi : quasiment deux heures de témoignage d’un sicario (tueur à gages) repenti, qui narre ses vingt années d’expérience chez les trafiquants.

- L’autre film, signé Natalia Almada, nous mène au coeur d’un cimetière privé, dont chaque tombe à 100.000 dollars est réservée aux narcos et qui ressemble à un place kitsch plus qu’à une ultime demeure.

Jusque dans le royaume des morts, le Mexique semble malade.

Mais les artistes oeuvrent avec vigueur à ce qu’il recouvre au moins la conscience, si ce n’est la santé.

*

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter