» A l’ Etranger : Qatar - Tunisie - Syrie - Yemen - Vénézuela » le Venezuela suspendu à l’aide de la Russie et de la Chine
 
Tout déplier Tout replier

 

le Venezuela suspendu à l’aide de la Russie et de la Chine
novembre 2017

 

*

*

Article de ANNE CHEYVIALLE

*

Caracas a organisé une réunion avec ses créanciers internationaux pour échapper au défaut de paiement.

Nicolas Maduro : "Jamais ! le défaut de paiement ne se produira jamais au Venezuela !"

Restructurer une dette de 150 milliards de dollars

*

La probabilité d’un défaut ne cesse d’augmenter mois après mois dans cette économie exsangue dont la population manque de tout.

*

Assis sur d’immenses réserves de pétrole - dépassant même celles de l’ Arabie saoudite, le pays ne vivait que de l’or noir.

*

Faute d’investissement et à cause d’une gestion calamiteuse, la rente a fondu, aggravée par la chute de cours du baril. La production journalière est tombée le mois dernier sous les 2 millions de barils, son plus bas niveau depuis vingt-huit ans, selon l’

*

Résultat du marasme économique, les liquidités ne pèsent plus que 9,7 milliards de dollars, dont un tiers en or, donc plus difficile à déstocker.

Or le Venezuela doit débourser 1,7 milliard d’ici à la fin de l’année, dont plusieurs échéances ces jours-ci.

Caracas a utilisé la période de grâce des 30 jours, montrant à quel point le pays est aux abois.

En parallèle de la réunion de Caracas, un comité de l’Isda (association internationale des produits dérivés) doit se prononcer, à New York, sur des retards d’échéance.

*

Le sursis devrait venir de la Russie et de la Chine, deux pays amis qui ont déjà aidé le Vénézuela.

La part de Moscou est marginale comparée à celle de Pékin, qui a prêté depuis 2009, 65 milliards de dollars.

*

Sanctions américaines

En échange de leur soutien les deux géants deviendraient en partie propriétaires des deux raffineries du pays.

"Cet accord leur permettrait d’acquérir un actif stratégique à long terme. La Chine a plus d’intérêt que la Russie", commente Christophe Demblick, expert du Venezuela de Saxo Bank, qui explique le soutien de Moscou par la longue relation entre les deux pays.

Cette bouffée d’oxygène ne suffira pas, car 70% de la dette vénézuélienne est détenue par des créanciers américains et canadiens. Or ces investisseurs, qui ont gagné beaucoup d ’argent - le rendement des obligations a progressé de 60% depuis janvier 2015., sont aujourd’hui bloqués par le décret pris par Donald Trump interdiasant aux Américains d’acheter de nouvelles obligations vénézuéliennes.

" De nombreux financiers de Wall Street font pression sur Trump pour qu’il change de position", notre l’expert de Saxo Bank.

Difficulté supplémentaire, le vice-président vénézuélien, Tareck El Alssami, et le ministres des finances, chargés de renégocier la dette, sont directement visés par les sanctions américianes.

Pour éviter la faillite, qui ferait vaciller son pouvoir, Nicolas Maduro, l’héritier du chavisme, préfère négocier avec des fonds spéculatifs, persistant, dans un modèle qui détruit le pays et affame la population.

*

*

nr s
 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter