Tout déplier Tout replier

 

Gao Xingjian - Mars 2017

 

* Gao Xingjian

*

Né en 1940 dans le Gangzhou, en Chine

1962-1970

Traducteur de français à Pékin

1995

Publication de son roman La Montage de l’ âme , en France

2000

Prix NOBEL de littérature

2003

Ses oeuvres à l’encre de Chine sur papier sont présentées à la Fiac

2013

Sortie au Seuil d’une monographie et d’un essai sur l’art, la création et l’esthétique

2017

Art Paris Art Fair - Expose avec succès à la Galerie Claude Bernard

*

Né en Chine dans une famille aisée, ouverte, libre.

Sa mère est actrice, aime la littérature occidentale et son père est fonctionnaire, passionné de littérature classique chinoise.

Dés son enfance, il baigne dans la double culture.

Il commence à écrire son journal à 8 ans et à dessiner ses premières fictions, influencé par des romans d’aventures anglais tel Robinson.

Lycéen, il commence la peinture au lycée de Nankin.

Il mène en parallèle, la lecture des grands écrivains occidentaux et les arts plastiques. Avant la Révolution culturelle, il avais déjà écrit une dizaine de pièces de théâtre, des poèmes, des essais, des récits.

"J’ai brûlé tous mes manuscrits au début de cette révolution, c’était en 1966".

Après la mort de Mao, en1979, il est devenu interprète de l’ Association des écrivains de Chine.

Il accompagne la délégation d’écrivains chinois

* en France - il visite le Louvre, Orsay, le Centre Pompidou

* en Italie - il visite tous les musées de Rome, Florence, Milan, Venise ..

"Je me suis dit, si tu veux être un vrai peintre, tu dois revenir à l’ encre, sans pour autant suivre les peintres traditionnels chinois, avec leurs images trop codifiées, peu créatives. "

J’ai cherché une voie originale (Fin des années 1970).

Au début des années 1980, travaillant pour le Théâtre d’art du Peuple de Pékin comme dramaturge, ses pièces ont été attaquées, censurées. Il a été menacé et a dû quitter Pékin en 1987.

Son père avait été envoyé à la campagne, quant sa mère, elle avait été affectée à une ferme d’ Etat, en rééducation, elle s’y est noyée. Lui même pendant la Révolution culturelle, a passé cinq ans avec les paysans. Il écrivait en cachette mais ne peignait pas.

De retour à Pékin , il expose dans un théâtre où il travaillait. Un secrétaire de l’ambassade de France lui propose 1.000 dollars pour une de ses toiles. Son salaire était inférieur à 100 dollars.

Invité en tant qu’écrivain, quelques temps après à Berlin, il emporte des toiles roulées dans sa valise et les expose dans l’appartement qu’on lui prête.

Le directeur du Centre culturel de Berlin le découvre et un grand collectionneur berlinois se met à collectionner ses oeuvres ..

Lorsque la Galerie Claude Bernard le présente à la Fiac en 2003, tout a été acheté avant même l’ouverture ..

En Chine, il est censuré. Il n’a plus aucune relation avec son pays natal.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter