Tout déplier Tout replier

 

Pour un Sourire d’ Enfant (PSE)

 

*

Christian des Pallières

Christian des Pallières

*

Huit mille donateurs au secours de petits chiffonniers.

Phnom Penh capitale du Cambodge

1995, Christian des Pallières, alors jeune retraité, débarque à Phnom Penh pour aider une association humanitaire à remettre sur pied l’eseignement scolaire dans un pays exsangue.

La capitale du Cambodge ne se relève pas du terrible régime des Khmers rouges qui, entre 1975 et 1979, a exterminé près d’un tiers de sa population et détruit toutes les infrastructures administratives.

Dans les rues poussiéreuses, il voit passe r des gamins en guenilles, le visage crasseux, tirant des carrioles débordant d’objets de récupération, d’emballages plastique, de fils de cuivre et de métaux ferreux.

Ces petits chiffonniers de la misère l’intriguent. D’où viennent-ils ?

Il s’en inquiète, les suit jusqu’en périphérie de la ville et découvre, effaré, l’immense décharge à ciel ouvert de Stung Meanchey, un dépotoir s’étendant sur 7 hectares, une montagne d’immondices s’élevant jusquà 30 metre de haut.

"J’ai vu l’insoutenable, se souvient-il. C’était à hurler ! J’avais juste envie de crier, de m’effondrer, de pleurer."

Face à lui, des centaines d’enfants, parfois pieds nus, fouillent les immondices avec un crochet de fortune. Les plus jeunes ont à peine 5 ans. Le regard épuisé, s’enfonçant jusqu’aux mollets dans le sol instable d’une bouillie en décomposition, ils cherchent à dénicher le morceau de carton ou la pièce d’ aluminium qu’ils pourront revendre.

Au milieu des mouches qui s’agglutinent à leurs basques, dans une odeur âcre et pestilentielle, les malheureux s’activent au péril de leur vie, poursuivant les bennes à ordures pour être les premiers à ramasser les déchets déversés.

Et la nuit, le ballet maudit continue, à l’aide d’une lampe frontale, jusqu’au bout de cette fatigue qui les oblige à s’entasser, le ventre vide, dans des cabanes de bric et de broc érigées à même l’endroit et recouvertes d’une fâche rafistolée.

Sur cet enfer, on y naît, on y travaille pour un dollar par jour, et on y meurt. En silence et dans l’indifférence totale.

"En posant mes yeux sur ce spectacle de désolation, il m’était impossible de reprendre une vie normale. Il fallait agir, arrêter de se voiler la face".

*

des Vallieres

*

L’ association Pour un Sourire d’ Enfant (PSE) voit le jour, c’est le début d’une aventure, avec pour unique objectif de sortir ces déshérités du chaos pour les mener sur le chemin de la vie ..

En 2016, PSE est devenu le plus grand complexe scolaire du Cambodge. Une ville dans la ville facilement reconnaissable à ses bâtiments de tuile rouge. Un internat, des salles de classe dispensant un enseignement depuis la primaire jusqu’au baccalauréat, des terrains de sport, un immense réfectoire où sont servi plus de 9.000 repas par jour, un foyer d’accueil, un dispensaire médical, des lieux dédiés à une vingtaine de formations professionnelles : ici, près de 7.000 élèves, filles et garçons de tous âges, jouent, étudient, se chamaillent, impeccables dans leur uniforme bleu et blanc.

Christian et Anne-Marie habitent au coeur même du centre, dans une simple maison en bois traditionnelle. Une pièce à vivre qui leur sert aussi de bureau, avec une petite chambre et une salle d’eau attenant : un logement sommaire, sans trace matérielle aucune de leur vie passée.

A 83 ans, le débonnaire fondateur de PSE, continuait chaque matin d’accueillir, depuis le pas de sa porte, ceux qu’il a sauvés de l’horreur et qu’il considère comme ses enfants. (Il est décédé fin 2016).

Tous surnomment le couple "Papie et Mamie" et s’arrêtent parfois, pour les enlacer dans un geste d’affection.

Ce que les enfants désiraient pas dessus tout ?

- "Un repas par jour !"

... des dizaines de milliers de petits chiffonniers ont été sauvé par ce couple en vingt ans.

J’ai pour eux une admiration sans borne ..

Il faut voir le film Les pépites qui raconte leur histoire.

Je l’ai vu deux fois mais ... j’aurais pu le regarder cent fois. On ne s’en lasse pas.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter