» Nous les aimions, ils nous ont quitté ... » Gottfried Honegger, s’explique ....
 
Tout déplier Tout replier

 

Gottfried Honegger, s’explique ....

 

*

Honegger 3

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Relief Z 1581, 2012,

quatre éléments en fer et aluminium laqué

*

"L’ art, c’est ce qui est important dans le monde. Il s’agit de rendre visible l’environnement architectural intérieur et extérieur," proclamait Gottfried Honegger.

Pour cela, il a refusé le tableau de chevalet pour se tourner vers l’ Art concret, une notion avancée en 1924 par Théo Van Doesburg.

Cet art basé sur les lignes, les surfaces et les couleurs suit généralement un principe géométrique.

Honegger s’en est vite éloigné.

L’artiste rappelle qu’il avait

"déjà abondonné en 1967 le carré ou le rectangle au profit d’un châssis aux formes aléatoires"

Des formes qu’il a répétées, retravaillées encore et toujours, et qualifiées aussi de "silhouettes autonomes".

Puis, au début du 21ème siècle, il a réagit :

"Il m’a fallu cinquante ans pour comprendre, éclaircir cette révolte contre le tableau et contre la peinture de chevalet, maintenant je crois que je sais".

Sa solution est simple, comme on peut le voir dans ce polyptyque :

"intégrer l’art au mur, afin de retouver l’oeuvre totale, une vue globale du monde".

Ici, la fine ligne de métal qui cerne les panneaux est perpendiculaire au mur. A l’intérieur, les morceaux de tôle courbe et sculptée jouent la transparence et selon la lumière, le tableau s’anime.

Les différents éléments entourant des surfaces vices génèrent des ombres sur le mur.

"Les reliefs importants, de trois à quatre centimètres d’épaisseur, se projettent sur le mur et matérialisent l’oeuvre",

constate Serge Lemoine.

"On note une interaction constante entre le mur et la pièce, tout change selon la position du spectateur, la couleur du mur et la lumière du moment", précise Anne Lahumière, directrice de la galerie éponyme, qui exposait 25 pièces de l’artiste entre septembre et octobre 2015. L’artiste de l’Art concret se réconcilie avec le mur, pour être enfin en harmonie avec son environnement.

Article de Françoise Chauvin.

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter