» A l’ Etranger : Qatar - Tunisie - Syrie - Yemen - Vénézuela » (feu) Khaled al-Assadn directeur du site archéologique
 
Tout déplier Tout replier

 

(feu) Khaled al-Assadn directeur du site archéologique
de Palmyre

 

"C’est un temple vieux de deux mille ans, l’un des édifices les mieux conservés au mode.

Le trésor de l’ antiquité aujourd’hui réduit à l’état de gravats, dynamité par l’ Etat islamique.

"Un crime de guerre", dénonce l’Unesco.

Quatre mois après sa conquête par les djihadistes, la ville syrenne de Palmyre voit un à un ses joyaux disparaître.

Il y a d’abord eu la destruction des bustes funéraires, puis la statue du Lion d’ Athéna, une pièce de trois mètres de hauteur datant du 1er siècle avant J.-C. pulvérisée à coups de marteau.

Enfin le sacage le plus poignant : le temple de Baalshamin, le plus précieux sanctuaire de la cité antique, dédié au dieu du ciel phénicien et classé au Patrimoine mondial de l’humanité.

C’est à Mossoul et à Hatra , en Irak, le groupue sunnite extémiste poursuit sa campagne destructrice et rase les symboles religieux, accusés d’encourager l’idolâtrie. Mais il s’attaque aussi à ceux qui les incarnent.

Comme Khaled al-Assad, 82 ans, l’ancien directeur des antiquités, décapité en place publique.

Surnommé "Monsieur Palmyre", l’archéologue a consacré cinquante ans de sa vie à organiser les fouilles et à restaurer le site. Des images ont montré son corps accroché à un poteau, sa tête découpée posée à ses pieds.

Depuis un mois, le vieil homme était aux mains des djihadistes à la recherche de prétendus stocks d’or.

En mai, face à l’arrivée des assaillants, Khaled al-Assad avait refusé de quitter sa ville.

"Mon père répétait souvent : " Je mourrai comme les palmiers de Palmyre", a raconté Mohammad, l’un de ses fils, qui est parvenu à s’enfuir en organisant le transfert de 400 pièces antiques. Depuis, Palmyre vit dans la terreur.

Son musée abrite désormais deux sinistres "institutions" : le tribunal et la prison.

Marc Nexon

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter