Tout déplier Tout replier

 

La chapelle Saint-Blaise de Pompadour - Historique

 

*

La chapelle Saint-Blaise de Pompadour fut érigée en église collégiale au tout début du XVIè siècle par Geoffroy de Pompadour, évêque du Puy, conseiller des rois Louis XI, Charles VIII et Louis XII et décrétée comme telle par son ami le cardinal-légat Georges d’ Amboise le 9 juin 1503.

N’ayant fait l’objet d’aucun entretien depuis la Révolution*, la chapelle connut un tel état de délabrement qu’elle fut fermée au public au début du XIX siècle.

Remise en état, elle fut cédée pour moitié par la commune au haras de Pompadour le 24 novembre 1819, ce qui impiquait la jouissance exclusive d’une partie de la chapelle par les officiers et le personnel du haras.

*

Malgré la vive opposition des habitants de Pompadour, le chapelle Saint-Blaise devint au XIXè siècle "la chapelle des officiers".

*

Au début du XXè siècle, elle était déclarée bien communal mais toujours sous la dépendance du haras qui payait sur le fonds de l’ Etat l’entretien du mobilier et le traitement du prêtre desservant la chapelle.

C’est en 1942 que le directeur du haras reconça aux privilèges rattachés à l’utilisation exclusive du lieu et que la chapelle Saint-Blaise fut desservie par le curé d’ Arnac dépendant de l’évêché de Tulle.

Non protégée par l’ Etat en tant que patrimoine historique, peu entretenue, deux cents ans après un premier sauvetage, la chapelle se trouvait dans une nouvelle situation de délabrement qui augurait mal de son avenir.

C’est alors que l’ IEAC (Institut Européen d’ Art Campanaire et d’ Action Culturelle), opérateur de la Région Midi-Pyrénées et initiateur du projet européen IDC-FRESCO sur la sauvegarde et la valorisation des fresques en milieu rural, proposa, en 2002, à la ommune d’ Arnac-Pompadour un partenariat incluant la création de peintures murales contemporaines pour la chapelle dépourvue de toute ornementation.

Placée sous le patronage de la Vierge, et dédiée à Saint Blaise dès le XVIè siècle, probablement lorsqu’elle fut appelée à prendre plus d’importance dans le pays en devenant église collégiale, cette chapelle honore un saint dont le culte est en partie lié aux anciens rites agraires et dont le martyre au IVè siècle, en fait l’un des saints les plus populaires en Orient comme en Occident.

* Pas la moindre petite destructiion sous la Révolution française ???

(A vérifier)

 
 

 
 

 
Accueil     |    Plan du site     |    Espace rédacteurs     |    Se connecter